Congrès mondial de l’énergie : comment se préparer à la consommation électrique de 2050 ?

Les spécialistes de l’énergie comptent sur l’ouverture du Congrès mondial de l’énergie à Daegu (Corée du Sud) pour encourager les gouvernements et les entreprises à investir dans le secteur.

Neuf milliards de consommateurs

Selon le dirigeant de la compagnie pétrolière nationale saoudienne Saudi Aramco, neuf milliards d’humains consommeront intensivement de l’énergie en 2050. Aujourd’hui, moins d’un tiers de la population consomme deux tiers de l’offre énergétique mondiale. Les vingt prochaines années devront donc connaître un investissement de plus de 40.000 milliards de dollars dans le secteur de l’énergie afin de faire face à l’augmentation de la demande, soit un investissement équivalent aux PIB annuels cumulés de la Chine, de l’Europe et des Etats-Unis.
 
Ces investissements ne permettront pas pour autant d’étendre l’accès à l’électricité à l’ensemble de la population mondiale. Le Conseil mondial de l’énergie (WEC) estime qu’entre 319 et 530 millions de personnes seront toujours privées d’électricité en 2050, notamment en Afrique sub-saharienne.

La préservation de l’environnement mise à l’épreuve

L’accroissement de la demande énergétique serait compris entre 27 et 61% d’ici à 2050 selon le WEC. L’efficacité de la lutte contre le réchauffement climatique pourrait toutefois limiter cette hausse. La consommation en 2050 posera des problèmes d’approvisionnement, et risque de compromettre la préservation de l’environnement. Selon le ministre de l’Energie saoudien, il faudra utiliser les différentes énergies de manière complémentaires.
 
Pour l’instant, les investissements dans les énergies renouvelables sont orientés à la baisse alors que les énergies fossiles restent bien présentes dans la production d’énergie. Le WEC estime la part du pétrole, du charbon et du gaz dans l’énergie mondiale entre 59% et 77% à l’horizon 2050.

La Chine accroit l’utilisation du charbon

Le charbon deviendra la première source d’énergie à l’horizon 2020, comme l’affirme une étude de Wood Mackenzie, soit une consommation de 4.500 millions de tonnes équivalent pétrole. La croissance chinoise sera principalement responsable de cette hausse de 25% de l’utilisation de charbon. Première consommatrice mondiale actuelle, la Chine prévoit d’alimenter plus de la moitié des centrales en construction à l’aide de ce minerai.